RE2020 : quel est l’avenir du chauffage dans les logements neufs

BIEN COMPRENDRE LA RE2020

3 objectifs principaux:

  1. Donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie
  2. Diminuer l’impact carbone de la construction dans le secteur du BTP
  3. Garantir la fraîcheur dans les logements en cas de forte chaleur

On le sait depuis longtemps, la mauvaise isolation des logements et le recours aux énergies fossiles pour les chauffer sont à l’origine des émissions de gaz à effet de serre et par conséquent du réchauffement climatique de la planète. Une problématique de taille à laquelle chaque pays tente d’apporter une solution. La France s’est pour sa part engagée (pour ne citer que cet engagement) à réduire de 30% d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments neufs. Pourquoi les bâtiments ? Le BTP est le deuxième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre en France. Le décarboner est donc devenue au fil des années une véritable urgence climatique.

Adjugé : la fin du fioul et du gaz dans les logements neufs !

La nouvelle réglementation RE2020 prévoit un avenir décarboné pour les un quart des bâtiments qui ne sont pas encore construits, mais qui verront le jour d’ici à 2050. En pratique, ces derniers devront consommer moins et utiliser des énergies moins carbonées. Une exigence qui influe directement sur les systèmes de chauffage habituellement installés dans les constructions neuves. Dans le détail :

  • Les remplacements et les nouvelles installations de chaudières fioul seront interdits à compter du 1er janvier 2022.
  • À partir de l’été prochain (2021), la construction des bâtiments individuels neufs ne prévoira plus de chauffage au gaz. Une mesure qui s’appliquera également aux logements collectifs, mais à partir de 2024.

La question que tout le monde se pose :

pourquoi arrêter les installations de chauffage au gaz ?
L’usage du gaz naturel rejette sept à dix fois plus de dioxyde de carbone qu’un chauffage utilisant des énergies renouvelables.

Ce que dit le dossier de presse de la RE 2020

« Par rapport aux exigences de la RT2012, le seuil maximal pour le besoin bioclimatique des logements sera abaissé de 30 %. Il s’agit d’une exigence ambitieuse, mais réaliste, car déjà aujourd’hui une partie significative des maisons, et même des logements collectifs, satisfont ces critères de performance énergétique. Les logements de demain seront ainsi mieux conçus et mieux isolés, pour des factures plus basses pour leurs futurs occupants. La facture d’électricité d’une maison neuve typique avec une pompe à chaleur sera de l’ordre de 200 €/an, soit moins de 17 €/mois ! »


La pompe à chaleur : la solution de remplacement économique et écologique !

La RE2020 prévoit de systématiser le recours à la chaleur renouvelable via un seuil maximal de consommation d’énergie primaire non renouvelable (à ne pas dépasser). La raison ? Éviter un retour massif du radiateur électrique qui, outre le fait qu’il est cher à l’usage, est une solution qui sollicite bien trop le réseau électrique durant les pics de grands froids. Une alternative pas vraiment RE2020, qui peut d’ailleurs parfaitement être remplacée par une PAC (pompe à chaleur) – bien plus écologique et économique. Encore plus si vous la faites fonctionner à l’énergie solaire !

PAC BLULAR : l’innovation qui réduit les émissions carbone d’un logement et sa facture d’électricité

La pompe à chaleur air/air BLULAR est en parfaite cohérence avec les objectifs de la nouvelle réglementation RE2020. Pour cause, elle a l’avantage de rafraîchir un logement l’été et de le chauffer l’hiver. Mais pas que… couplée à des panneaux photovoltaïques, cette innovation permet à un logement d’auto-alimenter ses propres besoins énergétiques en matière de production de chauffage.

En pratique : comment ça marche ?
La PAC BLULAR s’alimente — de manière automatique et intelligente — à l’énergie solaire, à l’électricité standard ou les deux en même temps.
Durant la journée, elle fonctionne directement avec l’énergie issue des panneaux solaires — auxquels l’unité extérieure est reliée grâce à de simples câbles MC4. Toutefois, lorsque l’apport solaire n’est plus suffisant (la nuit ou en cas de baisse de luminosité importante), le système breveté complète automatiquement l’énergie solaire qu’il parvient encore à obtenir avec de l’électricité standard. Résultat : le logement ne consomme que le strict minimum d’électricité standard tout en offrant un confort de chauffe ou de rafraichissement optimal aux occupants du logement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Explorer